Air Austral – L’injection de capitaux échelonnée

Le projet de partenariat entre les compagnies Air Madagascar et Air Austral se précise grâce aux informa­tions délivrées par le dernier rapport du FMI. Un accord devra être signé d’ici octobre.

Plus de détail dans le mariage d’Air Madagascar avec Air Austral. Certaines informations livrées au

compte gouttes révèlent certains contours du partenariat entre les deux compagnies. Le dernier

rapport des services du Fonds monétaire international (FMI) pour les consultations de 2017 au titre

de l’article IV, première revue de l’accord au titre de la facilite élargie de crédit (FEC) indique que la

compagnie réunionnaise va répartir l’injection de capitaux sur trois ans. 

«Chaque tiers est censé être déposé sur un compte en devises dans une banque commerciale, qui

déposera alors un montant équivalent auprès d’une banque correspondante à l’étranger », affirme le document.

Dans le cadre de ce mariage, il est prévu que la compagnie Air Austral fera son entrée dans le capital de la compagnie malgache aux côtés de l’actionnaire État. Le partenaire va ainsi administrer la

compagnie nationale et injecter 40 millions de dollars pour acquérir une participation de 49% dans le capital d’Air Madagascar. Le contrat de participation entérinera cette procédure. « Ce sera fait avant

le 31 octobre », comme l’a déclaré Marie Joseph Mallé, directeur général de la compagnie Air Austral lors d’une rencontre avec la presse malgache le 1er août à Antani­narenina.

Business plan

Air Madagascar doit ainsi trouver des investisseurs. Sur un ton très rassurant, le patron de la

compagnie réunionnaise avait annoncé la disponibilité de cette enveloppe avant la nouvelle date

butoir. Le nom de Proparco de l’Agence française de développement (AFD) ou encore de la société

Financière internationale (SFI) du groupe de la Banque mondiale sont souvent cités. Mais aucune

confirmation officielle n’est obtenue jusqu’ici.

Pour convaincre les investisseurs, les dirigeants d’Air Austral ont conçu un business plan très solide

sur dix ans, qui prévoit une phase de redressement d’une durée de trois ans, pour la remise à flot de

la compagnie aérienne malgache. La seconde phase sera une phase de croissance, tablant à terme sur un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars, avec un taux de rentabilité de 4,6%. Le projet

réunionnais prévoit une modernisation de la flotte malgache actuellement composée de dix aéronefs. Le business plan projette d’atteindre quatorze appareils en 2020 et se développera progressivement pour atteindre dix-sept appareils en 2023. Lova Rafidiarisoa: lexpressmada.com

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>