Air Madagascar – Le financement des dettes à trouver

Pour rembourser les dettes d’Air Madagascar, le gouvernement compte contracter des emprunts. La recherche de financement se poursuit actuellement.

Un véritable casse-tête. L’Etat continue encore à chercher le fonds nécessaire à l’apurement de la dette de la compagnieaérienne Air Madagascar. Pour faire passer l’éponge sur les 303 milliards d’ariary de passifs,

les autororités comptent mener plusieurs opérations dont un emprunt interne auprès d’une banque privée à Madagascar suivi d’un emprunt externe. « L’apurement des dettes ne se fera pas en un seul coup. Il sera échelonné. Actuellement, la recherche des institutions financières capables de financer le gouvernement se poursuit encore », explique une source proche du dossier.

Pour avoir plus de détails sur cette opération, il faut revenir sur les déclarations de l’ancien ministre

des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana devant le Parlement au mois de juin. L’ex Grand Argentier avait expliqué que « un emprunt interne de 50 milliards d’ariary auprès d’une banque à

Mada­gascar. Cette opération sera suivie d’un emprunt externe de 130 milliards d’ariary. Par la suite, l’État négociera des bons de Trésor pour les créanciers d’Air Madagascar, allant jusqu’à 33 milliards

d’ariary. Une opération d’ordre de 100 milliards d’ariary sera également effectuée ».

 

Phase finale

Actuellement, les négociations avec Air Austral sont entrées dans sa phase finale et devraient aboutir à la signature du contrat de partenariat stratégique et du contrat de participation d’action avant le 31 octobre. Le contour de ce partenariat exige pourtant l’apurement des passifs de la compagnie malgache par le gouvernement. D’après les dernières informations, des dirigeants d’Air Madagascar se trouvent en ce moment à l’île de La Réunion pour discuter de ce partenariat avec la compagnie

réunionnaise.

Malgré cela, tout n’est pas encore bouclé entre les deux compagnies. Car, s’il est acquis que l’Etat malgache restera majoritaire à 51%, et qu’Air Austral sera actionnaire à environ 49%, des détails, tel que

le sort des petits porteurs comme Air France, d’autres sociétés d’État malgaches et le personnel d’Air Madagascar, sont encore en discussion. C’est un autre dossier épineux pour la compagnie.

Ce partenariat stratégique reste à ce stade la meilleure issue possible et la plus réaliste pour un redressement effectif et durable de la compagnie malgache. Ce partenariat échafaude un plan de dix ans pour relancer la compagnie aérienne nationale malgache. Dans un business plan, Air Austral prévoit

une première phase de redressement d’une durée de trois ans de 2017 à 2020, pour la remise à

flot de la compagnie aérienne malgache. La seconde phase de 2020 à 2027 sera une phase de

croissance, tablant à terme sur un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars, avec un taux de rentabilité de 4,6%.

Lova Rafidiarisoa: lexpressmada.com

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>