SAATM : les autorités sont sur un petit nuage

L’Union africaine (UA) a officiellement lancé le marché unique africain du transport aérien (SAATM ou Single African Air Transport Market). Et le président Faure Gnassingbé a été chargé de mettre en œuvre ce vaste projet.

Le SAATM vise à créer un marché unique et unifié du transport aérien sur le continent, à libéraliser l’aviation civile et à faire avancer le programme d’intégration économique de l’Afrique.

Aujourd’hui, 80% du trafic aérien en Afrique est assuré par des compagnies aériennes non-africaines. Quant aux transporteurs continentaux, ils assurent moins de 3% du trafic aérien mondial bien que le continent représente plus de 17% de la population mondiale.

23 pays africains sur 55 ont d’ores et déjà souscrit au marché unique du transport aérien Africain tandis que 44 autres sont signataires de la Déclaration de Yamoussoukro.

Jeudi à Lomé, Ninsao Gnofam, le ministre en charge des Transports et Dokissime Gnama Latta, le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), se sont félicités de cette initiative.

‘Les retombées seront de plusieurs ordres. Dans l’immédiat, nous aurons des coûts de transport moins élevés et plus de facilités pour voyager’, a indiqué M. Gnofam.

Il faut ajouter, ce qui n’est pas négligeable, la création de 300.000 emplois à l’échelle continentale.

Le SAATM est en tout cas tout bénéfice pour le Togo. Lomé est le siège de la compagnie régionale Asky. Le nouvel accord devrait lui permettre de donner un coup de fouet à son réseau au-delà même de l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

Ce dont se réjouit Dokissime Gnama Latta également à la tête de l’aéroport de Lomé.

Le marché unique est sur les rails, mais son harmonisation prendra encore du temps. .republicoftogo.com

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>